Image default
Non classé

Le bonheur au travail : le virage à ne pas rater

Notez cet article

Ces dernières années, on commence à beaucoup parler d’une profession qui commence à apparaitre dans les entreprises : les responsables du bonheur ou Chief Happiness Officer.Elle est perçue par certains employeurs comme une fonction « à la mode » qui finira par disparaitre ou un « alibi marketing »qui sert uniquement à promouvoir l’image de l’entreprise. Pourtant, d’autres entreprises commencent à embaucher des profils pour ce poste en vue d’associer bonheur et travail : deux concepts distincts l’un de l’autre jusque là.

On vous propose dans la suite de cet article un petit zoom sur ce poste, sa provenance et ses perspectives de développement.

D’où vient le poste du responsable du bonheur au travail ?

La tendance du CHO vient des États-Unis. Les premiers responsables nommés dans ce poste étaient des chefs d’entreprise. Ainsi, il n’y a pas de parcours type ou un cursus bien déterminé pour pourvoir cette fonction. De plus, les tâches de ce responsable ne sont pas définies d’une manière claire et précise. Après quelques années de l’existence de ce poste, on peut dire qu’il y a quatre écoles ou profils pour exercer cette fonction. On trouve les CHO qui misent sur l’événementiel. Ces derniers organisent souvent des afterworks, des fêtes… tout pour mettre d’accent sur la convivialité des services offerts aux collaborateurs. Ils organisent des séances de massage en entreprise à paris, des cours de yoga, des séances de Pilates…. On trouve également les CHO qui misent sur la communication au sein de l’entreprise. Il y a aussi les RH sensibles au sujet et qui souhaitent adopter des pratiques qui pourraient rendre les collaborateurs plus heureux. Enfin, il ya les personnes qui ont une compétence organisationnelle capable de transformer l’entreprise d’une manière globale.

travail

Le CHO : La réalité des choses….

En France, il ya une prise de conscience de plus en plus remarquable de l’importance d’une telle fonction et d’un tel poste. A titre d’exemple, le moteur de recherche Jobflit a enregistré 69 offres d’emploi pour le poste de CHO en France en 2016. C’est 6 fois plus qu’en 2015. L’adoption d’une telle approche est en nette amélioration. En effet, il y a deux alternatives qui se présentent devant les chefs d’entreprises. Ils peuvent créer le poser de CHO d’une manière officielle ou faire en sorte que cette fonction soit intégrée dans les tâches accomplies par le DRH. En effet, les moyens financiers comptent beaucoup dans le choix de la meilleure solution. Une startup de 20 personnes ne peut pas s’offrir le luxe de recruter un CHO. Par contre, un grand groupe pourrait investir dans un tel poste et marquer son engagement pour le bonheur des collaborateurs au travail.

Comment sensibiliser le DRH au concept du bonheur au travail ?

Faire le bonheur des collaborateurs ne passe pas vraiment parleur consacrer plus de moyens financiers ou plus de temps. En effet, il convient de changer la perception de la manière dont ils exercent leurs fonctions. Il convient de prendre en compte l’épanouissement des salariés dans les processus RH. A titre d’exemple, lors d’un licenciement, un responsable RH doit mettre tout en œuvre pour que cet événement se déroule dans les meilleures conditions possibles. D’une manière générale, si l’entreprise ne peut pas recruter un CHO, elle doit sensibiliser son DRH pour qu’il puisse tenir compte du bien-être des collaborateurs. Dans ce cas, le DRH doit avoir dans son giron la capacité à instaurer une ambiance détendue qui favorise le bonheur et l’épanouissement. Le DRH ne doit pas se limiter aux aspects administratifs, juridiques et financiers. Il doit tenir compte de tout ce qui peut déranger les collaborateurs et nuire à leur confort.

Related posts

En quoi consiste l’abdominoplastie ?

administrateur