Cosmetic-lasersurg.com
Image default
Santé

Les examens pratiques de la formation d’ostéopathe

La formation d’ostéopathe vous intéresse ? Découvrez dans cet article 5 choses à savoir sur la formation d’ostéopathe.  Les examens pratiques en ostéopathie sont utilisés pour évaluer le rendement des élèves dans l’acquisition de compétences diagnostiques et manipulatrices ostéopathiques. Le jugement subjectif de l’examinateur et son interprétation des critères de performance à la base pour le classement de l’étudiant. Une étude a été entreprise pour assurer une évaluation uniforme des résultats des élèves à l’examen pratique ostéopathe paris 12 . L’observation directe du comportement a longtemps été une méthode pour évaluer la qualité et la performance des compétences psychomotrices. Cette approche de l’évaluation implique l’établissement d’un ensemble de critères de rendement, l’observation du rendement d’une personne ou d’un groupe et la comparaison du rendement observé avec les critères.

1 – La comparaison ostéopathique

La comparaison aboutit généralement à un jugement tel qu’une note ou une note. Ce type d’évaluation se heurte à un certain nombre de difficultés, l’une des principales est l’influence de la subjectivité sur l’observateur du jugement. La subjectivité peut entrer au point d’établissement du critère ainsi qu’au point de rendre un jugement. Lorsqu’elle affecte l’établissement des critères, la conséquence peut être que chaque juge ou observateur individuel utilise un critère différent (subjectif) comme base de jugement, plutôt qu’un critère uniforme.

De même, lorsque la subjectivité a son effet au point de rendre le jugement, la conséquence peut être que chaque observateur arrive à une conclusion différente lorsqu’il compare la performance d’un individu au critère. Ces questions de subjectivité ont récemment été observées et étudiées dans le but de trouver des solutions aux différences de jugements influencées par la subjectivité. Notre attention a été dirigée vers les examens pratiques qui sont utilisés pour évaluer la réussite des élèves dans l’acquisition de compétences ostéopathiques diagnostiques et manipulatrices tout au long d’une séquence de cours effectuée pendant les deux premières années de notre programme. La séquence de sept cours passe de compétences relativement simplistes pour le diagnostic ostéopathique et le traitement manipulateur à des procédures plus complexes et sophistiquées, aboutissant à l’intégration de ces compétences dans le contexte de l’examen et du traitement d’un patient.

2 – L’instruction dans la formation d’ostéopathe

L’Instruction dans chaque cours de la séquence est généralement conçue pour se dérouler en partie dans un format de conférence en grand groupe et en partie dans un format de laboratoire/pratique en petit groupe. Les groupes de laboratoire sont enseignés par des instructeurs qui vont des étudiants de deuxième année en médecine (qui enseignent aux étudiants de première année) aux médecins praticiens avec de nombreuses années d’expérience. Chaque instructeur enseigne généralement une ou deux fois par semaine. Des tentatives ont été faites pour permettre à de nouveaux instructeurs (en particulier des cliniciens) d’enseigner dans l’un des premiers cours et de progresser ensuite dans la séquence de chaque trimestre.

formation d'ostéopatheCela leur permettrait de se familiariser avec la structure de la séquence de cours et le niveau de compétence attendu des étudiants. Étant donné que les instructeurs de laboratoire servent généralement d’examinateurs pratiques, il est très important qu’ils soient conscients du niveau de compétences attendu d’un étudiant à n’importe quelle étape de la séquence de sept cours. Dans chaque cours de la séquence, les performances des étudiants sont évaluées par au moins un examen pratique. Dans les cours initiaux, les étudiants passent à la fois un examen de milieu de trimestre donné par leur propre instructeur de laboratoire et un examen final donné par un instructeur de laboratoire autre que le leur. Dans les cours plus avancés, les étudiants passent un examen pratique final donné par quelqu’un d’autre que leur propre instructeur. À l’issue de chaque examen, l’étudiant reçoit une note de P (réussite) ou N (aucune note).

3 – Préparation à l’examen d’ostéopathe Paris 12

Avant de procéder à un examen plus approfondi du processus d’examen, les étudiants et les professeurs/examinateurs étaient préparés à l’examen de manière générale. Les étudiants ont reçu des instructions qui comprenaient des détails concernant l’heure et le lieu de l’examen, le cadre, la tenue vestimentaire, le format de l’examen, la notation (y compris le minimum requis pour réussir) et les domaines généraux à évaluer. Ils ont été informés qu’ils seraient notés sur une échelle de points de 1 à 100 et ont reçu des directives générales sur les domaines de l’examen qui seraient pondérés plus ou moins fortement. Les examinateurs ont reçu des directives sur les domaines de compétence spécifiques qui devaient être couverts par l’examen; la façon dont chaque domaine de performance (p. ex. connaissance de la procédure, compétence de performance et manipulation du patient) devait être pesé; et la façon dont les notes devaient être obtenues (y compris la note minimale requise pour réussir).

4 – La performance des élèves de la formation d’ostéopathe

L’utilisation de ces lignes directrices générales par les étudiants et les examinateurs a révélé certaines préoccupations concernant la performance des élèves ainsi que la performance des examinateurs. En ce qui concerne le rendement des élèves pour la formation d’ostéopathe, il a été noté que :

  • 1. Les étudiants ne connaissaient pas les procédures qu’ils étaient censés exécuter, ni le niveau de performance attendu d’eux.
  • 2. Les élèves avaient parfois de la difficulté à suivre les instructions des examinateurs.
  • 3. Selon l’évaluation des examinateurs, les étudiants n’étaient pas capables de démontrer des compétences dans certains détails associés aux procédures, tels que le positionnement du patient; la localisation des forces pendant le traitement; la capacité de terminer une procédure technique; la conscience de la nécessité d’évaluer le patient après le traitement; et la précision et la fiabilité dans l’identification.
  • 4. Les élèves, parfois, manquaient de confiance dans leurs compétences, comme en témoigne la lenteur ou l’incertitude dans leurs performances.
  • 5. Les étudiants ont parfois affiché une attitude négative envers les examens.
  • 6. Les étudiants ont parfois fait preuve d’un manque de professionnalisme dans les relations avec les patients.

5 – Au niveau des examinateurs de la formation d’ostéopathe

En ce qui concerne les examinateurs de la formation d’ostéopathe, les questions suivantes se posent :

  • 1. Les élèves étaient-ils évalués de la même manière par tous les examinateurs ?
  • 2. Les mêmes critères sont-ils utilisés par tous les examinateurs pour juger du rendement ?
  • 3. Tous les examinateurs évaluaient-ils les composantes de l’examen de la même manière lorsqu’ils jugeaient le rendement des élèves ?

Il ressort clairement de ces observations qu’un sujet de préoccupation central est à la base de ces questions et des lacunes perçues par les élèves: le problème de la subjectivité. Les rapports sur les lacunes dans le rendement des élèves ont fortement suggéré qu’au moins certains examinateurs s’attendaient à plus d’étudiants que ce qui était peut-être réaliste. Les questions soulevées au sujet des examinateurs laissaient entendre que, en fait, certains examinateurs utilisaient des critères différents pour leurs jugements que d’autres. Un deuxième sujet de préoccupation qui a été révélé était celui de l’information. Il est apparu que, à l’occasion, les étudiants et les examinateurs avaient des informations différentes sur ce qui était attendu, ainsi que sur ce qui devrait être les critères de jugement.

6 – Les résultats des examens pratiques

Les données recueillies dans le cadre de cette étude comprenaient les résultats de l’examen ostéopathique et les informations obtenues à partir du dossier médical du patient. Les patients ont été obtenus à partir des admissions générales à L’Hôpital au cours de la période 1969 à 1972. Patients admis aux urgences ou en dehors des admissions régulières les heures n’ont pas été incluses dans l’étude. En outre, les patients qui ont refusé l’examen et ceux dont le médecin a spécifiquement ordonné Non ont les examens axés sur la recherche ont été exclus. Les patients atteints de COH représentent une population hétérogène, y compris les Caucasiens, noirs, et plusieurs minorités raciales, les personnes de faible-et groupes à revenu intermédiaire, et à la fois tiers-payant et auto-payant patients.

Les Patients ont été examinés avant ou peu de temps après assignation de lit. Les examinateurs ont été dirigés vers le patient et ont été donné seulement l’identification du patient. L’accès aux données médicales du patient a été restreint afin d’établir un contrôle aveugle. Données médicales a été obtenu à partir du dossier médical après la sortie du patient afin de compléter le contrôle en double aveugle. L’examen ostéopathique a été effectué par des médecins ostéopathes juniors et Seniors formés qui comprenaient groupe d’examinateurs ostéopathiques inexpérimentés. Séances hebdomadaires ont été utilisées pour renforcer les techniques d’examen et d’enregistrement procédure. La participation d’examinateurs inexpérimentés et l’utilisation d’un examen qui a souligné l’identification des résultats individuels ont réduit l’influence d’une constatation étant utilisé pour concentrer l’attention dans une région ou un segment du corps pour détecter d’autres conclusions. Le patient a d’abord été examiné en position debout position par inspection visuelle et palpatoire pour une posture active et mouvement thoraco-lombaire. Ensuite, dans la position couchée, le patient réponse subjective de la tendresse à la pression numérique sur l’espace interspinal, Lamine épineuse latérale et costovertébral jonctions a été noté. Changements superficiels et profonds de tissu et la tension musculaire (tonus) des muscles paravertébraux a ensuite été déterminée par inspection et palpation dans les segments thoraco-lombaire avec le patient sujet et, enfin, dans la région cervicale avec le patient en décubitus dorsal. Après examen des tissus cervicaux, le mouvement cervical passif a été testé. Le dossier de l’examen ostéopathique était dicté, chaque composant a été observé. L’identification du patient et les résultats ostéopathiques ont été stockés sur une bande d’ordinateur comme des copies des documents originaux.

En espérant vous avoir renseigner sur la formation d’ostéopathe.

A lire aussi

Comment choisir son praticien pour une réduction mammaire ?

Journal

Les massages naturistes en couple

Alexandre B

3 conseils pour réparer efficacement les cheveux frisés

Tamby

Mieux connaître la SEP pour aider les patients

Journal

Covid-19 : Les gestes barrières pour se protéger et protéger les autres

Irene

Les différentes vertus de l’huile de monoï

Irene